Bienvenue !!

Je suis né et vis dans un département français. Mais mon île et ses consœurs ne sont pas bien connues en Métropole.

Quelle dommage que nous avons tant à offrir !

Un blog dédié à la représentation des DOM-TOM, de nos différentes façons de vivre, et la vision qu'il est donné de nous à travers les médias métropolitains,
Un blog pour nous découvrir, nous, nos populations, nos coutumes, nos particularités et pour ne pas s'attarder sur les clichés largement répandus,
Un blog pour découvrir notre faune, notre flore et tous les trésors du patrimoine français que nous nous devons de connaitre et préserver.
J'espère que ce blog vous plaira, que vous y passerez un bon moment et que vous n’hésiterez pas à laisser un petit mot à partager ^^

jeudi 23 juillet 2009

Les océans retardent les conséquences de notre pollution mais pas pour bien longtemps encore ...

Les scientifiques ont depuis longtemps compris le rôle essentiel que jouent les océans dans la régulation du climat de la Terre. Les océans recouvrent 70 % du globe et stockent 1 000 fois plus de chaleur que l’atmosphère. Ce qu’ils ont récemment compris, c’est comment cet élément essentiel de notre climat réagit en fonction du réchauffement climatique.

Freiner le réchauffement climatique
L’une des principales fonctions des océans est l’absorption de chaleur et de dioxyde de carbone (CO2), l’un des principaux gaz responsables du réchauffement climatique. Fonctionnant comme une pompe à chaleur, les océans ont absorbé d’énormes quantités de chaleur et de CO2 au cours des 40 dernières années.

Rod Fujita explique que "les océans nous protègent des changements climatiques accélérés. En somme, ils sont un rouage qui retarde le réchauffement trop rapide de la terre, freinant le dérèglement climatique."

"C’est plutôt une bonne nouvelle, dit-il. Mais la mauvaise, c’est que les océans ne font que ralentir le réchauffement atmosphérique. Une fois que les océans auront atteint un équilibre avec la terre réchauffée par les gaz à effet de serre, l’excédent de chaleur restera dans l’atmosphère et tout deviendra beaucoup plus chaud."

En effet, les océans résorbent l’excédent de chaleur de l’atmosphère et retardent l’impact du réchauffement climatique. Quand et où les océans relâcheront cette chaleur accumulée reste une inconnue, mais au fur et à mesure que les océans stockent de la chaleur, les écosystèmes marins sont fragilisés.

Dans leur étude la plus récente, le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (IPCC) s’inquiète de l’acidification des océans à cause d’une absorption accrue du CO2 atmosphérique, menaçant des espèces sous-marines vitales dans la chaîne alimentaire marine. L’augmentation estimée des taux de dioxyde de carbone renforcera l’acidification des océans (IPCC, 2007).

Les courants distribuent de la chaleur
L’autre rôle capital des océans est celui de distribuer de la chaleur. Les océans fournissent chaleur et nourriture dans le monde entier. Tout comme les vaisseaux sanguins apportent de l’oxygène et des substances nutritives au corps humain, les courants océaniques apportent de l’oxygène, des aliments et de la chaleur à la terre entière. Les océans redistribuent 25 à 50 % de l’énergie que la planète reçoit du soleil.
Par exemple, le Gulf Stream transporte de la chaleur à travers l’Atlantique. Ce courant chaud offre au Nord-ouest de l’Europe un climat plus tempéré qu’il ne devrait être à ces latitudes nordiques. Une modification de la circulation des océans plongerait l’Europe dans une ère plus froide alors que le reste du monde connaîtrait des températures plus chaudes. (Plus d’informations en anglais sur le système de régulation des océans sur le site Internet oceansalive.org.)
Les courants distribuent de la nourriture
Une modification de la circulation océanique aurait également un impact sur la distribution de la chaîne alimentaire pour la vie sous-marine. Les eaux plus froides sont plus productives que les eaux chaudes. Le réchauffement des mers pourrait donc bouleverser toute la chaîne alimentaire des océans.
Grâce aux courants, les eaux profondes font le plein d’oxygène et transportent des substances nutritives aux eaux de surface où se nourrissent des plantes microscopiques, le phytoplancton. Lorsque ces eaux froides et riches en substances nutritives remontent des profondeurs vers la surface, le phytoplancton se développe. Les zones où ces remontées d’eaux froides se produisent sont souvent très poissonneuses, de véritables "jardins d’Eden sous-marins" avec une vie marine abondante.
Alors que les océans absorbent plus de chaleur, les remontées d’eaux froides riches en substances nutritives deviennent moins fréquentes. Sans phytoplancton, c’est tout un maillon de la chaîne alimentaire marine qui disparaît pour les échelons supérieurs comme le krill, les poissons et les oiseaux marins.
Pour aggraver les choses, le phytoplancton a besoin de dioxyde de carbone pour sa photosynthèse. Avec moins de plancton, les océans retiendraient moins de dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Un exemple : la famine des oiseaux de mer
Certains signes montrent déjà que les ressources alimentaires de l’océan diminuent.

La cause semble être la raréfaction des remontées d’eaux froides riches en substances nutritives, ce qui provoque une diminution du phytoplancton dans ces régions du littoral. Moins de phytoplancton signifie moins de poissons, ce qui entraîne des famines chez les oiseaux marins. Les observations océanographiques au large d’Hawaï au cours des 20 dernières années ont montré que les remontées d’eaux froides sont moins nombreuses. Pour les experts, c’est une conséquence du réchauffement climatique.

Le débat n’est plus de savoir si cela va se produire mais comment éviter les dégâts catastrophiques. Des changements importants menacent les oiseaux marins et les communautés de pêcheurs, les courants océaniques et le processus chimique naturel des océans.

"Nous constatons le réchauffement de l’eau et de grandes modifications de la chimie des océans, des dégâts sur les coraux et les effets de la montée du niveau de la mer sur les écosystèmes marins," dit Doug Rader, scientifique de l’Agence de défense de l’environnement.
Sans une réduction rapide des émissions de gaz polluants, les effets seront encore plus désastreux.

"Le navire fait déjà route et il faut agir immédiatement pour le détourner des écueils qui se dessinent à l’horizon," résume Dr James Wang, climatologue de l’Agence de défense de l’environnement.

visitez le site Internet en anglais www.environmentaldefense.org.
source : http://lachaineverte.fr.msn.com/dossiers
PS : les photo ont été prise par mes soin lors de mon séjour dans ma famille en Martinique ^^ La première a été prise à la Caravelle et les 3 autres ont été prise dans la commune des Trois îlets, au bord de mer, juste à coté de la zone de mangrove

1 commentaire:

  1. gaz à effet de serre conservé la chaleur du soleil près de la surface de la terre, en aidant à l'évaporation des eaux de surface pour former des nuages, qui de retour d'eau à la Terre dans un cycle de vie qui avaient été maintenus en équilibre.

    RépondreSupprimer

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom ; et votre blog, si vous en avez un : je viendrai y faire un tour !
4) Cliquer sur Publier commentaire

Abonnez par mail pour être prévenu automatiquement lorsque je répondrai à votre petit mot ;)

Voilà : c'est fait ^^
Et un gros MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...