Bienvenue !!

Je suis né et vis dans un département français. Mais mon île et ses consœurs ne sont pas bien connues en Métropole.

Quelle dommage que nous avons tant à offrir !

Un blog dédié à la représentation des DOM-TOM, de nos différentes façons de vivre, et la vision qu'il est donné de nous à travers les médias métropolitains,
Un blog pour nous découvrir, nous, nos populations, nos coutumes, nos particularités et pour ne pas s'attarder sur les clichés largement répandus,
Un blog pour découvrir notre faune, notre flore et tous les trésors du patrimoine français que nous nous devons de connaitre et préserver.
J'espère que ce blog vous plaira, que vous y passerez un bon moment et que vous n’hésiterez pas à laisser un petit mot à partager ^^

mercredi 11 janvier 2012

La Martinique et quelques uns de ses trésors disparus .

Petite présentation

D'une superficie totale de 1 128 km², la Martinique s'étire dans l'axe nord-ouest - sud-est sur environ 60 km. Ses coordonnées sont 14°40" N, 61°00" W. Le point culminant est le volcan de la montagne Pelée (1 397 m). Comme le reste des petites Antilles, la Martinique est un île volcanique soumise au risque sismique : ainsi, le 29 novembre 2007 à 15 heures, heure locale, un séisme de magnitude 7,3 sur l'échelle de Richter a eu lieu au large de l'île.

On sépare généralement la Martinique en deux zones distinctes sur un axe Fort-de-France - Le Robert.

Au Nord, zone humide à la végétation luxuriante et au relief important. La montagne Pelée, les Pitons du Carbet occupent le centre de cette zone, recouverte d'une forêt de type tropical. Et si, à l'est de ces reliefs, le climat est venteux et humide, balayé par les alizés de l'Atlantique, l'ouest bénéficie d'une protection et d'un climat beaucoup plus sec, notamment aux alentours du Carbet.

Au Sud, on trouve une zone aux reliefs moins importants, à la végétation moins abondante, au climat plus sec et qui comporte la majorité des installations touristiques de l'île.
Un peu d'histoire ...

Avant 1492

Il y a quelques millions d'années, en mer des caraïbes il n'y avait qu'une chaîne de montagnes sous marines. Une série d'éruptions volcaniques a donné naissance à l'ensemble d'îles connu sous le nom d'arc caraïbéen.

La première vague connue de peuplement date de 4000 av.JC et est constituée par les Ciboneys venant de l'Amérique du sud. Environ 2000 ans plus tard les premiers, Arawaks qui vivaient le long de la rivière
Onorico en Amérique du sud, quittent le continent et entreprennent de s'installer dans les îles qui forment l'archipel. Ils y développèrent une civilisation pacifique de pêcheurs et de chasseurs.

Vers 1200 ap. JC, on assiste alors à une nouvelle vague de peuplement, venue cette fois du Nord. Les nouveaux arrivant sont les indiens Caraïbes. Ils sont beaucoup moins pacifiques que les Arawaks et leur livrent une guerre sans merci. Les Caraïbes sont de farouches guerriers cannibales. Mais lors des expéditions ils enlèvent parfois les femmes de leurs ennemies. Le résultat est un brassage entre les deux cultures particulièrement visible sur certaines îles.
Donc, lorsque Christophe Colomb arrive aux Antilles on ne peut pas dire qu'il découvre les quoi que soit. En effet celles ci sont occupés depuis longtemps par des civilisations (Caraïbes pour la Martinique, Arawak (ou Taino) pour d'autres) très bien structurées et organisées. Les colons commirent alors l'un des seuls génocide de l'Histoire puisqu'en quelques années ils firent disparaîtes toutes traces de ces civilisations dans la majorité des îles de l'archipel.

1502 : Découverte de la Martinique
1492 c'est la date du premier voyage de Christophe Colomb vers l'Amérique.  Pour certain c'est la découverte du "Nouveau Monde" (qui n'était nouveau que pour les arrivants), pour d'autres c'est le début du plus grand crime contre l'Humanité, qu'aucun mot n'est en mesure de décrire. Meurtres, viols, pillages, déportation, et le plus infamant de tous les crimes: l'esclavage.

Une chose est sur c'est que après l'arrivée de Colomb les indiens furent massacrés, réduit en esclavage, ou moururent de maladie.

Si il y a eu une découverte se serait plutôt celle de la barbarie européenne par les amérindiens de la Caraïbe
Lors de son dernier voyage en 1502 il aborde les côtes de la Martinique à l'endroit connu de nos jours sous le nom de Carbet. Il arrive en Martinique le jour de la Saint Martin, d'où le nom Martinique. L'île fut aussi appelée MADININA, ce qui signifie " l'île aux Fleurs", en raison de sa végétation luxuriante et variée...
( Si vous desirez en savoir , je vous invite à vous rendre sur :


La faune disparue

La Martinique ne possède que peu d’espèces animales indigènes.
Les animaux sauvages les plus courants restent discrets: Les manikous (famille des opossums), les matoutous-falaises qui sont mygales endémiques, l'iguane délicatissima et l'iguane vert, la mangouste et le serpent trigonocéphale ou fer-de-lance

A l'arrivé des colonisateurs, voici les animaux qui ont malheureusement quasiment disparus :

Le lamantin :

il a disparu de nombreuses îles des Antilles comme la Martinique ou la Guadeloupe. Bien qu'il n'ait aucun prédateur, l'expansion humaine a réduit son habitat dans les marais côtiers et beaucoup d'individus sont blessés par les hélices des hors-bord. L'ingestion accidentelle de filets et autres accessoires de pêche peut aussi le tuer. Le déversement des eaux de refroidissement des centrales atomiques les dispense aujourd'hui de migrations saisonnières ce qui crée une dépendance fâcheuse au jour de leur fermeture. Récemment, il a fallu que des services américains de la faune interviennent pour transplanter des lamantins exposés à ce péril inattendu. Nager, dormir, se câliner : ainsi va la vie du lamantin. Le jeu avec l'homme est pour les lamantins de Floride une passion récente mais violente. Ils s'entichent volontiers des plongeurs et des chercheurs qui leur prodiguent des caresses.

Une femelle lamantin peut nourrir à la fois deux petits. C'est malgré tout un phénomène exceptionnel, car ces siréniens font rarement des jumeaux. Il arrive cependant qu'un orphelin soit adopté par une nourrice qui n'est pas sa mère. Parfois, même, il tète plusieurs femelles du troupeau.



Les lamantins sont une origine souvent avancée pour expliquer la légende des sirènes : leur corps peut en effet laisser penser à un buste de femme, surtout pour des marins ayant navigué pendant des mois. De même que le chant des sirènes est assimilé à celui des lamantins - il serait en effet comparé à une lamentation. La forme de la queue des sirènes serait, quant à elle, plutôt due à celle des dugongs, cousins des lamantins.




Le perroquet "Ara guadeloupensis" ou "Ara martinica"

L'Ara de la Guadeloupe (Ara guadeloupensis) est une espèce de perroquet endémique de la Guadeloupe et de la Martinique aujourd'hui disparu.
Christophe Colomb mentionne le ara de la Guadeloupe lors de ces récits de voyages : "Ils apportèrent des perroquets de deux ou trois sortes et particulièrement de cette grande espèce qu'on trouve dans l'île de la Guadeloupe, et qui ont une longue queue (...)".
Plus tard, les Pères Labat et du Tertre le décrivirent avec beaucoup plus de détails. Le Père Du Tertre le considérait comme "le plus beau et le plus grand de tous les perroquets des îles" et le décrivit ainsi : "Il a la tête, le col, le ventre et le dessus du dos, de couleurs de feu : ses ailes sont mêlées de plumes jaunes, de couleur azur, et de rouge cramoisi : sa queue est toute rouge et longues d'un pied et demi".
Ces descriptions poussant à penser qu'il était assez proche du Ara macao avec une queue plus courte et d'un rouge plus vif
Cette espèce était probablement très proche du Ara macao que l'on retrouve en Amérique du Sud et sur l'île de Trinidad.
Rothschild distinguait deux espèce de Ara différentes : Ara purpurescens en Guadeloupe et Anadorhynchus martinicus (synonyme de Ara erythrura et Ara martinica) en Martinique.
Aujourd'hui, il est très difficile de déterminer si ces deux espèces diffère vraiment.

Voici un site ou on peut voir + en détails la situation écologique de la Martinique : les + les - et les effort de fait à ce niveau par divers institutions.


et sur cette page, vous pouvez voir la liste des oiseaux qui vivent toujours là bas mais qui se font de + en + rare à cause des chasseurs et de la destruction de leur milieu naturel à cause des construction humaines.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom ; et votre blog, si vous en avez un : je viendrai y faire un tour !
4) Cliquer sur Publier commentaire

Abonnez par mail pour être prévenu automatiquement lorsque je répondrai à votre petit mot ;)

Voilà : c'est fait ^^
Et un gros MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...